Comment évolue le désir de l’homme pendant la grossesse ?

On l’a vu, le désir et la libido de la future maman varient au cours de la grossesse, et dépend de beaucoup de choses, ce qui fait qu’il est difficile, voire impossible de pouvoir prédire avec exactitude ce qu’il en sera. 

Spontanément, on pourrait être porté à croire que c’est chez la femme que les changements surviendront et viendront affecter la sexualité du couple. Or il apparait de plus en plus que de nombreuses femmes doivent faire face aux changements de l’homme dans ce domaine. Maintenant que la sexualité pendant la grossesse n’est plus un tabou, il n’est pas rare de voir des femmes affirmer qu’elle se sentent perdues face aux réactions du futur papa, qu’elles ne reconnaissent pas. 

Bien sur, dans le cas de l’homme, tout se joue sur le plan psychologique, vu qu’hormis quelques rares cas où le futur papa fait la couvade, il n’y a pas de changement physiologique au niveau du corps de celui-ci.

Ici tout dépendra de ce qui va se passer dans sa tête, consciemment ou inconsciemment, et faire des généralités s’avère encore plus difficile peut-être que dans le cas des femmes. Chez certains, il n’y aura aucun changement, d’autres vivront une hausse ou une baisse de leur libido, d’autres seront plus tendres que passionnés… Tous les cas de figure sont possibles. Et ce, dès l’annonce de la grossesse.

Quand la nouvelle tombe, si cette grossesse était désirée fortement par les deux futurs parents, la joie est souvent très forte. Cet enfant est le fruit de l’amour, et tant que les symptômes de la grossesse ne viennent pas déranger la maman, c’est en quelques sorte une deuxième lune de miel qui s’offre au couple. Plus amoureux que jamais, les câlins sont fréquents.

A l’inverse, il se peut que l’heureuse annonce vienne perturber l’homme et que celui-ci ait d’autres choses en tête que l’envie de sa partenaire. Cet état peut durer plus ou moins longtemps, tant que le futur papa n’a pas retrouvé une certaine sérénité. Les peurs qui peuvent l’assaillir peuvent réduire sa libido au plus bas. 

Mais le plus souvent, le premier trimestre est une période ou l’on peut se sentir un peu frustré car les petits désagréments de la grossesse peuvent calmer la libido de la maman et le papa restera un peu sur sa faim. 

Au cours du deuxième trimestre, la grosse commence à se voir pour de bon. Les seins de la future maman gagnent en volume, ce qui ne laisse pas indifférents certains hommes. Tout comme le ventre. En outre, la maman sera le plus souvent épanouie et rayonnante de bonheur, se sentira plus belle que jamais et peut-être que sa libido sera au plus haut, la rendant encore plus désirable aux yeux de son compagnon. 

A l’inverse, le fait de voir la femme devenir mère peut stopper net la libido du futur papa. Celui-ci ne voit plus la femme mais uniquement la maman. C’est pour lui une image sacrée sans aucune connotation sexuelle. Il peut considérer la simple idée d’envisager des câlins comme un pêché. Pour lui, une femme enceinte ne se touche pas. La raison à cela doit sans doute se chercher dans l’influence de notre culture dans laquelle la sexualité pendant la grossesse était tabou. 

D’autres hommes encore peuvent avoir «peur» de la maman si la libido de celle-ci est exacerbée. Surtout si elle était assez tiède à l’idée de faire des câlins auparavant. Ils se sentent agressés quelque part, ne reconnaissent plus la maman. Avoir la sensation de ne plus mener la danse peut leur faire perdre leurs moyens. 

Il peut aussi arriver que c’est la façon de vivre et de démontrer son désir qui change. Sans que la libido ne se trouve en chute libre, il se peut que le futur papa exprime son désir par des caresses, de la tendresse, sans vouloir, voire en fuyant le coït. 

Il y a aussi ceux qui, par manque d’information, ont peur de blesser l’enfant, ou qui pensent que la sexualité doit être bannie pour des raisons médicales. Encore une fois, à moins que le médecin ne vous l’interdise explicitement, vous pouvez continuer sans crainte pratiquement jusqu’à l’accouchement. 

Il peut arriver que l’on refoule son désir à force d’être repoussé plus ou moins gentiment par la maman. Même chose si on a maintes et maintes fois entendu des hommes et des femmes dire que, pendant la grossesse, la sexualité est mise entre parenthèses car la femme n’a plus de désir. Consciemment ou inconsciemment, on peut être amené à se dire que le meilleur moyen de ne pas être frustré est de ne plus avoir de désir. Il est important de faire attention à ne pas entrer dans un cercle vicieux, et si nécessaire de chercher de l’aide. Comme souvent, le dialogue sera important. Il vous faut exprimer vos envies et vos frustrations, sans que cela ne dégénère en dispute, pour éviter que ne vienne se créer une situation de tension qui peut être source de problèmes importants au sein du couple. 

En fin de grossesse, ce sont les difficultés à trouver des positions confortables qui peuvent refroidir quelque peu les ardeurs du futur papa. Mais un peu de patience et d’imagination devraient suffire à contourner l’obstacle.

Bien sur, quelle que soit votre réaction, il vous faudra également tenir compte de celle de la maman. Dans ce domaine peut-être plus que dans les autres. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site