L'acide folique

Précieuse vitamine L’acide folique, les folates, la vitamine B9… C’est la même chose ! Il s’agit d’une précieuse vitamine, particulièrement importante les deux premiers mois de la grossesse. Les besoins sont augmentés au début de la grossesse du fait de l’expansion des tissus maternels (sang, utérus et annexes) puis tout au long de la grossesse en raison de la croissance exponentielle du fœtus. Elle permet la mise en place de son système nerveux et son bon fonctionnement, et intervient dans le développement des cellules et la fabrication des globules rouges, chez vous, comme chez votre bébé.
Une carence en acide folique n’est pas sans conséquence pour vous et votre futur enfant. Si vous en manquiez, vous seriez exposée à une anémie et un risque de fausse-couche. Quant à votre bébé, il courrait un risque de prématurité et de retard de croissance. 

En voila un peu plus sur les risques de carences durant la grossesse : 


A quoi ressemble bébé avant la quatrième semaine ? À un œuf, tout rond. Au 22e jour, l'embryon de bébé mesure à peine 1,2 mm. Il va alors se décider à passer d’une structure circulaire à une structure allongée. C’est l’étape primordiale pour le développement de son système nerveux.

C’est compliqué pour bébé : il était rond, il doit s’allonger, pour ressembler à un vrai bébé. Il ressemblera alors à une petite crevette ! Car ses jambes se développent. Les cavités cardiaques se creusent. Déjà, diverses glandes ou organes se forment, la thyroïde, l'estomac, le pancréas. La trachée apparaît. Les nerfs et les ganglions se forment.

Mais d'abord, son tube neural se développe : ce tube neural, c’est ce qui constitue l’ébauche du cerveau et de la colonne vertébrale. Son système nerveux n’est au départ qu’un tube ouvert. Entre le 22e et le 29e jour, ce tube va se fermer complètement pour former le tube neural à partir duquel se construira la totalité du cerveau et de la colonne vertébrale. Aïe. Le tube neural a besoin d’acide folique pour se fermer convenablement.

Les malformations du tube neural concernent dans nos régions près de 1 naissance pour deux-mille. Ces anomalies surviennent en l’absence d’antécédents dans environ 95 % des cas. Bref, on ne peut que difficilement prévoir que bébé aura de gros soucis.

Après un antécédent familial de malformation du tube neural, le risque se situe autour de 2 pour mille ; après un antécédent personnel, il se situe autour de 3 pour cent.

Quand le tube neural se ferme, et se ferme mal, l’importance de l’anomalie est plus ou moins grande. Elle peut causer la mort de bébé, de gros handicaps à la colonne vertébrale, au cerveau, au crâne. Et cela, à vie.

Les malformations du tube neural peuvent concerner uniquement le cerveau, par exemple l’anencéphalie. un enfant anencéphale naît sans cuir chevelu, sans voûte crânienne, sans méninges, sans les deux hémisphères cérébraux et sans cervelet. Il meurt à la naissance, ou presque. 
Le spina bifida
Quand les troubles de fermeture du tube neural concernent la colonne vertébrale, on parle de «spina bifida». 

Le spina bifida est une malformation localisée de la moelle épinière, de ses enveloppes et des vertèbres qui l'entourent. Le terme spina bifida désigne habituellement les formes graves où une hernie de tissu nerveux (myéloméningocèle) se produit à travers la malformation osseuse. 

La myéloméningocèle 

Appelé couramment spina bifida, sans autre précision, la myéloméningocèle désigne les cas où la malformation met à nu la moelle épinière et les racines nerveuses, qui font hernie à travers cet orifice anormal. Cette malformation, immédiatement reconnaissable à la naissance, peut être 

contenue dans un sac herniaire comme une large ampoule dans le dos, recouverte par une mince couche de peau d’apparence habituellement transparente (spina bifida cystica), surtout lorsque son siège est lombo-sacré ; 
ou consister en une large ouverture à ciel ouvert, surtout en cas de spina bifida thoraco-lombaire (on parle de spina bifida aperta). 
La myéloméningocèle est donc la forme plus sérieuse. Le sac herniaire contient non seulement les tissus et le liquide céphalo-rachidien, mais aussi les racines nerveuses et une partie du canal de la moelle épinière. Ce qui entraîne toujours DES LA NAISSANCE une paralysie d'importance variable des membres inférieurs (difficulté, voir impossibilité de mobiliser les membres inférieurs) et la perte de sensibilité totale ou partielle en-dessous des vertèbres endommagées (région des organes génitaux, périnée, jambes et pieds ). Cette paralysie touche également les sphincters, d'où incontinence urinaire et intestinale, ainsi que des problèmes génito-sexuels, alors que la fertilité est a priori conservée et la libido intacte. Le degré de paralysie dépend de l'endroit où la myéloméningocèle se déclare et du nombre de nerfs endommagés. Elle s'accompagne très fréquemment d'hydrocéphalie (accumulation de liquide céphalo-rachidien dans les cavités intracérébrales et dilatation de celles-ci). 

Il existe des formes (peu nombreuses) moins graves (dans une certaine mesure) où la malformation s’accompagne d’une méningocèle ou d’une lipomyéloméningocèle. 

La méningocèle 

Dans le cas d’une méningocèle pure, le sac herniaire contient « seulement » les tissus qui recouvrent le canal de la moelle épinière (méninges) et le liquide céphalo-rachidien. La moelle demeure à l’intérieur du canal rachidien, causant moins de dommage aux nerfs. En général, les conséquences sont donc moins graves qu’en cas de myéloméningocèle. 

La lipomyéloméningocèle 

La lipomyéloméningocèle est la saillie d’un tissu gras anormal à travers une anomalie du bas de la colonne vertébrale. Le dommage causé aux nerfs peut survenir soit par compression des nerfs par la masse de tissu gras, soit par le développement anormal de la moelle épinière. 

Les symptômes les plus fréquents en sont : une masse de tissu gras recouverte de peau dans la région des fesses ou dans le bas de la colonne vertébrale ; une tache rosâtre, une fossette ou un soulèvement de la peau dans le bas de la colonne vertébrale ; une faiblesse musculaire dans les muscles des jambes ou une altération de la démarche ; une déformation des pieds ; la perte de sensibilité, par plaques, dans les jambes et/ou dans les pieds et la sphère urogénitale ; une douleur au dos ; l’apparition de troubles sphinctériens (problème d’incontinence sphinctérienne, urinaire et/ou fécale). 

Le spina bifida occulta (caché) 

C’est la forme la moins grave et la plus commune du spina bifida, causant rarement des infirmités (il est le plus souvent asymptomatique). Il s’agit habituellement d’une légère déficience dans la formation d’une des vertèbres. Elle peut se manifester par une fossette ou une touffe de poils grandissant dans le dos. Beaucoup de personnes ne savent pas qu’elles sont atteintes d’un spina bifida occulta a car il y a aucun symptôme indiquant cet état. Plusieurs personnes atteintes ne s’en aperçoivent que lors d’une radiographie, ou lorsqu’elles éprouvent soudainement des problèmes d’incontinence ou des maux de dos, ou qu’apparaissent des changements dans les muscles des jambes. Le spina bifida occulta peut en effet évoluer vers une forme plus grave : dans certains cas, la fissure dans l’épine dorsale peut provoquer des complications ultérieures. Parfois, en effet, la moelle épinière adhère à la vertèbre malformée. Lors de la croissance, le développement du squelette (et donc aussi des vertèbres) pourra exercer une tension sur la moelle épinière et causer ainsi divers dysfonctionnements. 
Les bons plans anti- carences
Mais pas de panique, il y a des parades ! Certes, l’alimentation ne suffit pas toujours à combler vos besoins et ceux de votre bébé. Mais de façon générale, les recommandations de santé publique insistent depuis quelques années sur la nécessité d’inciter toute femme enceinte en âge de procréer à consommer des aliments riches en acide folique (légumes verts à feuilles, légumes secs, agrumes). Elles préconisent aussi de faire prendre un complément d’acide folique sous forme de médicament à toute femme qui se trouve dans un projet de grossesse, pendant 4 semaines avant la conception et 8 semaines après. Pas facile à appliquer en pratique, si on ne prémédite pas sa grossesse ou si on n’est pas enceinte sur commande !
Evidemment, comme toute recommandation officielle de santé publique, celle qui concerne l’importance de l’acide folique pour la prévention des anomalies du tube neural ne vise qu’à réduire les risques. En ce qui vous concerne, votre alimentation doit comprendre des légumes verts à feuille, des légumes secs, et des agrumes, et que si vous cessez toute méthode contraceptive pour un projet de grossesse, vous en parlerez à votre médecin, afin qu’il vous prescrive un médicament à base d’acide folique. 



Mangez des… agrumes

Si vous n’avez pas eu d’acide folique avant et en début de grossesse, ne vous inquiétez pas. La plus grande partie des folates se trouvent dans les légumes verts (salades, épinards, petits pois, haricots, avocat…) et les fruits (orange, fruits rouges, melon, banane…). Tous les fromages (surtout type bleu ou camembert) en sont aussi une bonne source, comme les œufs, le foie, les graines en général et leurs dérivés. Si vous avez déjà l’habitude de consommer
2 à 3 fruits par jour (et en particulier des agrumes, avec par exemple deux oranges pressées) avec une belle assiette de légumes et une salade verte à un des repas chaque jour, et que vous mangez plusieurs fois par semaine, une assiette de légumes secs ou de céréales (lentilles, pois chiches, haricots, blé, céréales complètes), des œufs et du fromage, alors vous avez certainement votre quota d’acide folique. 

Ce que disent les médecins
Votre médecin se devra d’être particulièrement attentif à ces préconisations de santé publique si une anomalie du tube neural a déjà été identifiée lors d’une précédente grossesse, si vous êtes malnutrie ou avez du mal à avoir une alimentation équilibrée, si vous êtes une toute jeune future maman, si vous attendez des jumeaux ou enchaînez des grossesses rapprochées. 



La juste dose
Les apports recommandés en acide folique sont de 400 microgrammes par jour chez la femme enceinte. Le bon menu « folates » pourra combiner légumes verts, salade verte, fruits, céréales complètes ou pois chiches ou lentilles, œufs, ou encore fromage. Pour bien profiter de la teneur en folates de ces aliments, surveillez leur cuisson, qui ne devra pas être trop prolongée car les folates sont sensibles à la chaleur, à la lumière et à l’ébullition. Préférez la cuisson à la vapeur ou courte avec très peu d’eau, car lorsque vous cuisez vos légumes à l’eau, vous jetez les folates avec l’eau de cuisson ! 

Les aliments champions

Les meilleures sources :
• Abats de volailles, grillés ou braisés (100 g) : 345-770 microgrammes
• Foie d’agneau ou de veau, sauté (100 g) : 331-400 microgrammes
• Légumineuses, cuites (100 g) : 229-368 microgrammes
• Foie de porc, braisé ou sauté (100 g) : 163-260 microgrammes
• Épinards, bouillis (125 ml) : 139 microgrammes
• Asperges, bouillies (125 ml) : 134 microgrammes
• Brocoli, bouilli (125 ml) : 89 microgrammes
• Laitue romaine (250 ml) : 64 microgrammes
• Graines de tournesol, grillées (60 ml) : 78 microgrammes
• Betterave, cuite (125 ml) : 72 microgrammes
• Épinards, crus (250 ml) : 61 microgrammes
• Jus d’orange (125 ml) : 58 microgrammes
• Choux de Bruxelles, cuits - 4 choux (80 g) : 50 microgrammes
• Noix, noisettes, avelines, déshydratées, non blanchies – (60 ml) : 33 microgrammes 


En clair, une salade de mâche (70g ou un demi-sachet de mâche lavée) ou un mélange épinard/mâche laitue, c’est environ 120 microgrammes d’acide folique. Avec 3 noix, bonus d’environ 50 microgrammes. Avec un jaune d’œuf (20g) : 40 microgrammes.
Légumes verts : une assiette (200g) apporte en moyenne 100 à 200 microgrammes d’acide folique
Une part normale de brie de 30g apporte environ 50 microgrammes d’acide folique
Un fruit moyen de 150g apporte environ 15 à 60 microgrammes d’acide folique. Si vous variez les fruits et suivez les recommandations du PNNS (Programme National Nutrition Santé) de 5 fruits et légumes par jour, vous consommez déjà une quantité non négligeable d’acides foliques.

 

Article de Amandine Bertin

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site