Sommeil du nouveau né

Dodo, l'enfant dormira bientôt...

Le sommeil de bébé est une préoccupation majeure des jeunes parents. Dort-il trop ? Pas assez ? Pourquoi pleure-t-il tous les soirs à la même heure ? Quand va-t-il faire ses nuits… Voila des conseils pour faciliter le sommeil de vos bambins.
Au préalable, notons qu'il est recommandé de faire dormir votre bébé sur le dos. Dans cette position, les risques de mort subite du nourrisson, d'hyperthermie et d'étouffement sont moins fréquent


Avant six mois, l'enfant n'a pas des rythmes de sommeil comparable aux vôtres. Soyez à son écoute et laissez-le dormir. Il est inutile d'essayer de lui apprendre à dormir : il faut lui laisser peu à peu adopter les bons cycles de sommeil. 
Le sommeil du nouveau-né est un sommeil fractionné


Dans les premiers temps après la naissance, les nouveau-nés se réveillent en moyenne douze fois par 24 heures.
Mais, comme pour le temps de sommeil, les différences d’un nouveau-né à l’autre sont très importantes : certains bébés se réveillent seulement cinq à six fois, d’autres plus de 20 fois.



• L'apparition de nombreux éveils au cours des 24 heures, probablement modulés par le rythme nouveau de la faim et de la satiété, mais pas uniquement, puisque ces éveils existent aussi chez les nouveau-nés malades alimentés en perfusion ou en gavages continus.
• La disparition pour quelques semaines de l'ébauche de cycle circadien fœtal, qui ne commencera à réapparaître de façon confuse que vers la fin du premier mois.
Nous ne reviendrons pas sur la description des états de vigilance de cette période. Nous allons plutôt tenter de donner les principales caractéristiques de cette période. 


Il existe physiologiquement chez le bébé trois qualités d’éveil : calme, agité, agité avec des cris.
Les nouveau-nés se réveillent souvent en éveil agité avec pleurs.


• Un nouveau-né dort beaucoup, en moyenne 16 heures sur 24, mais il existe d'emblée des différences importantes. Certains bébés gros dormeurs dorment près de 20 heures, d'autres, petits dormeurs, auront besoin de moins de 14 heures sur 24, sans que cela soit anormal. D'ailleurs ces appellations de petits et gros dormeurs ne laissent en rien présager de l'avenir. 

• Les éveils sont essentiellement les premiers 30 jours des états de veille agitée, et rarement quelques brefs épisodes de veille calme. En d'autres termes, un nouveau né qui dort peu est souvent un bébé qui pleure beaucoup, ce qui n'est pas toujours facile à tolérer pour les parents et l'entourage. 

• Le nouveau-né ne connaît pas le jour et la nuit. Il est indifférent à l'environnement lumineux, et ses éveils se produisent indifféremment à n'importe quel moment. Le sommeil est morcelé en périodes ultradien nés de 3 à 4 heures, les premières périodes de sommeil un peu plus longues survenant au hasard, aussi bien le Jour que la nuit. 

• Le nouveau-né s'endort presque toujours en sommeil agité;. C'est l'une des caractéristiques fonda mentales de cette période puisque, nous l'avons dit, le sommeil de l'adulte commence, lui, toujours en sommeil lent. Ce sommeil agité suit généralement une phase d'éveil calme, et, bien souvent, une tétée. Les rares endormissements en sommeil calme se produisent après une longue et violente période de pleurs, pleurs qui n'ont pas permis le passage vers l'hypotonie et la détente du sommeil agité. 

• Les cycles de sommeil sont courts, constitués d'une phase de sommeil agité, suivie d'une phase de sommeil lent. Un cycle dure en moyenne 50 à 60 minutes (rappelez-vous, le double chez l'adulte: 90 à 120). L'enchaînement de trois ou quatre cycles permet un sommeil de 3 à 4 heures consécutives, rarement plus, pendant le premier mois. Il existe donc 18 à 20 cycles de sommeil par 24 heures, inégalement répartis en phases de som meil plus ou moins longues, et sans périodicité diurne ou nocturne. 

• Le sommeil agité représente 50 à 60 % du sommeil total et peut atteindre 8 à 10 heures par jour chez le nouveau-né à terme, alors que le rêve n'occupera plus que 20 à 25 % du temps, deux heures environ, de notre sommeil d'adultes. 
Une telle part relative de sommeil paradoxal chez le tout-petit, moment de construction cérébrale majeure, est à l'origine des plus grandes hypothèses concernant la fonction du sommeil paradoxal et du rêve. 


Dans les premières semaines qui suivent la naissance, le bébé se réveille spontanément à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit : il vit en “ décalage horaire ” par rapport à son entourage, ce qui bien sûr est très fatiguant pour les adultes qui s'occupent de lui.
Pour des parents non avertis, ce décalage est souvent interprété comme anormal et signe d'une alimentation insuffisante. D'où des sevrages précoces intempestifs.


Ce n’est qu’après 4 à 6 semaines que le bébé commence à calquer très progressivement ses phases d’éveil sur les périodes lumineuses et ses phases de sommeil sur les périodes sombres.
Il faudra encore attendre l’âge de 4 à 6 mois pour que son rythme de veille et de sommeil soit véritablement réglé sur l’alternance du jour et de la nuit.


Quand et combien de temps le nouveau-né dort-il ?
C’est en fin de matinée et en début d’après-midi que le sommeil du nouveau-né est le plus régulier et le plus paisible. Le début et le milieu de la nuit sont au contraire les moments où les réveils et les pleurs sont les plus nombreux.
Notre culture se plaît à croire que tous les bébés dorment beaucoup. Cela n’est pas souvent vrai : comme chez les adultes, il existe chez les bébés, des petits et des gros dormeurs. Selon les enfants, la durée “ normale ” de sommeil varie ainsi entre 13 et 20 heures par jour.


Ce n’est pas le besoin de nourriture qui réveille les bébés
L’appel des bébés qui se réveillent n’est probablement pas un signal de "faim", comme nous avons tendance à le penser.
Preuve en est : les bébés qui sont en alimentation continue pour une pathologie néonatale se réveillent quasiment au même rythme que ceux qui dépendent de leur entourage pour se nourrir.
Les bébés se réveillent parce qu’ils cherchent une présence humaine.
Lorsqu’un bébé est allaité, lui donner le sein est la plus forte des réassurances.


Le bébé pleure souvent parce que ses états d'éveil calme sont encore exceptionnels
Pendant les premières semaines de vie, l’éveil calme ne dure que quelques minutes d’affilée et le reste du temps, l’éveil est agité, avec ou sans cris : les parents des “ petits dormeurs ” seront donc tout particulièrement confrontés à de longues périodes de cris….

C'est une situation difficile, pour laquelle un allaitement inadapté sera souvent la première cause invoquée, même si les signes de transfert de lait et la courbe de poids sont excellents : en réalité, très peu de pleurs du bébé traduisent une difficulté alimentaire.

Les tétées nocturnes facilitent le démarrage et le maintien de la lactation, Le saviez-vous ?
Le lait maternel contient une hormone, la cholécystokinine, qui favorise la satiété et l'endormissement du bébé en fin de tétée.
Sommeil de l’enfant : des besoins très différents

Peu importe que votre enfant soit un petit ou un gros dormeur, un couche-tôt ou un couche-tard. L’essentiel, c’est qu’il dispose de la quantité et de la qualité de sommeil dont il a besoin. Une condition indispensable pour un bon développement. Etape par étape, le sommeil grandit avec votre enfant…

Le sommeil est essentiel à tous. Mais chez l’enfant, en plus de la récupération de la fatigue physique et nerveuse, il sert à la mise en place des circuits nerveux et favorise de nombreuses fonctions mentales et psychiques comme la mémorisation et l’apprentissage. En outre, c’est au cours des tous premiers mois que l’enfant met en place la structure de son sommeil d’adulte.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site