Le sourire de bébé

1 Il fait les premières tentatives



L’expression

Déjà dès la première semaine, le nouveau-né semble sourire; en réalité il s'agit de mouvements d’essai. 

Le sourire n'est pas encore symétrique, il se limite à un coin de la bouche et l'enfant ne plisse pas les yeux, c'est à dire qu'il n'implique pas les muscles des joues qui, en se contractant pendant le sourire, font plisser les yeux.

A cet âge le bébé sourit surtout pendant le sommeil ou la somnolence, c'est pour ça que celui-ci est appelé "sourire endogène" ou spontané. Cela veut dire que le sourire n'a ni de relation directe avec le monde qui l'entoure, ni n’est déterminé par un stimulus externe tel qu’une caresse, mais par une sensation intérieure de bien-être, comme celle que le bébé ressent après avoir tété.

La signification

Parfois ce "pseudo sourire" apparaît même quand bébé est réveillé, par exemple si le papa lui caresse le ventre. Cependant (hélas !), cette réaction n'est pas encore une réponse consciente à vos attentions. Bébé n'est en fait pas encore capable de faire la différence entre ce qui vient de l'extérieur et ce qui vient de l'intérieur de son corps. Il tire du plaisir de la sensation mais ne sait pas encore ce qui l'a produite.

Son regard reste perdu dans le vide parce que les capacités visuelles et le système nerveux ne sont pas encore mûrs. En outre le sourire n'exprime pas encore l'émotion et la joie.


2 Il plisse les yeux



L’expression

Entre la 3ème et la 8ème semaine apparaît le premier sourire complet : bébé apprend à sourire avec les deux coins de la bouche et maintenant ses yeux s’illuminent de joie et se plissent. Bébé ne se limite plus à faire une grimace, même l’expression du visage apparaît plus souriante.

Le petit oriente aussi le regard vers le stimulus qui a provoqué son sourire. A cet âge, il est en effet capable d’identifier la source du son ou de l’image qui l’ont amené à sourire. L’expression de l’enfant commence à être directement liée à une action provenant de l’environnement.

La signification

Jusqu'à la 4ème semaine, le bébé sourit plus facilement à une voix humaine et surtout aux tons aigus féminins (sigh…), comme ceux de la maman. Cela est du, d’un coté, au développement plus rapide de l’ouie vis à vis de la vue, et d’un autre côté au fait que l’enfant a entendu la voix de la maman dès le moment où il était dans le ventre de celle-ci et il est donc plus facile pour lui de la reconnaître. 

A partir de la 4ème semaine, bébé sourit de préférence aux visages humains. Cette phase est appelée « sourire social non sélectif » parce que l’enfant réagit instinctivement à la forme du visage, c.à.d. front, yeux, et partie supérieure du nez, et non à des traits spécifiques, ceux du papa ou de la maman par exemple.

Le petit sourit aussi aux jouets qui bougent, comme par exemple aux abeilles du mobile. Il éprouve en effet une sorte de satisfaction quand il arrive à identifier leur forme.


3 Il se met a rire



L’expression

Vers 4 mois bébé commence à rire de façon tout a fait semblable aux plus grands. Les situations qui suscitent le plus facilement l’hilarité sont les stimulations tactiles comme par exemple, les bisous vigoureux et bruyants sur son petit ventre ou les chatouilles aux petits pieds. La voix des parents peut aussi l’induire à rire, en particulier quand elle est joyeuse comme dans les phrases du type « je t’attrape, je t’attrape, je t’attrape » qui se terminent dans une étreinte ou un bisou. 

La signification

L’éclat de rire marque une nouvelle étape dans le développement de bébé. Après avoir appris à reconnaître la forme des objets et à l’associer à un contenu, bébé commence maintenant à maîtriser une situation, avec laquelle il pourra par après interagir.

Quand le petit reconnaît une nouvelle forme il se met à rire. Bébé apprend à identifier la nouveauté en la comparant à ce qu’il connaît déjà. Ce mécanisme doit par contre être graduel. Si le papa marche comme un pingouin par exemple, il éclate de rire parce qu’il reconnaît le papa, même si dans une attitude différente. Si le changement est trop accentué par contre, il se sent mal à l’aise et se met à pleurer, parce qu’il n’arrive pas à le comparer à quelque chose qu’il connaît déjà.


4 Maintenant c’est lui qui décide !



L’expression

Aux alentours de 6-8ème mois bébé est capable de gérer cette expression et décider de façon tout à fait consciente quand sourire. Maintenant en effet, bébé reconnaît parfaitement son papa et en conséquence, reconnaît tout de suite un visage étranger. Il peut donc aussi commencer à différencier ses réactions. 

Bébé ne sourit plus de façon non discriminée à tous les visages mais seulement à ceux qu’il connaît. Face à un étranger, il montre en effet des signes de gêne, il baisse les yeux, cherche un visage familier ou se met à pleurer. Cette réaction est tellement typique que les experts la définissent comme «l’angoisse du 8éme mois».

La signification

Le sourire est le moyen par lequel le bébé communique aux parents et aux proches qu’il les a reconnus. En même temps c’est une réelle manifestation de bien être et satisfaction. Le petit éprouve en effet du plaisir à reconnaître et assimiler de nouvelles choses et à «faire des progrès», comme à reconnaître son papa parmi plusieurs visages masculins.

Pour encourager bébé dans l’exploration des émotions, il est important que le papa et la maman lui rendent son sourire. La réponse des parents sera interprétée comme une approbation de son comportement et le partage de ses expériences. L’échange d’expressions devient donc un réel moyen de communication qui aide le bébé à grandir sereinement et confiant en lui-même.

En bref



Le sourire est une expression innée, qui apparaît sur le visage du nouveau-né dès les premiers jours de vie. Initialement, elle a la fonction de fasciner les adultes pour les induire à s’occuper du petit. Vers les 6-8 mois par contre, il devient un signe de reconnaissance et est réservé au parents ou aux proches.


A faire



Sourire au bébé quand celui-ci arrive à attraper un jouet : il se sentira gratifié et heureux.


C’est bon pour la santé



Il est désormais avéré que le sourire provoque un bien être psychologique et physique. Diverses études ont en effet montré que le rire augmente le niveau d’endorphines, substances naturelles produites par le corps et qui ont pour but d’atténuer la sensation de douleur mais qui agissent aussi sur le système immunitaire en rendant la personne plus forte et plus apte à affronter les situations de mal-être. Le rire, comme l’activité physique, active le battement du cœur, la respiration et la circulation du sang, favorisant ainsi le bien-être du corps.

Depuis quelques années, on a décidé de profiter de ces effets bénéfiques, en introduisant dans les hôpitaux pour enfants la «thérapie du sourire». Le rire réduit le stress et le besoin de médicaments, accélérant ainsi la guérison. Pour ces raisons, on trouve dans certains hôpitaux, au moins une fois par semaine, des artistes professionnels spécialement formés qui, en accord avec les médecins, amusent et distraient les petits patients.


Un moyen de fasciner



Le sourire, comme les pleurs, est une manifestation innée, c’est-à-dire qu’il ne s’apprend pas en imitant les grands. Il est vrai, en effet, qu’il aide à communiquer avec les autres, mais chez le nouveau né il a, avant tout, une fonction de survie : c’est un des rares moyens que le bébé a à disposition pour attirer l’attention des parents sur soi.

Le sourire du bébé stimule le papa et la maman à s’occuper de lui : désarmés et gratifiés par ce geste sympathique, les parents lui donnent en retour attention et affection. Le sourire aide le bébé à créer un lien profond avec eux, même si il ne sait pas encore les reconnaître.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site