Eclampsie , Toxémie gravidique on en parle



Description
La pré-éclampsie est une affection qui apparaît parfois pendant la grossesse, habituellement au cours des quatre ou cinq derniers mois, et qui se manifeste par une élévation rapide de la tension artérielle. Elle était autrefois appelée toxémie gravidique.

Il est normal que la tension artérielle augmente durant la grossesse, mais lors d'une pré-éclampsie, l'augmentation est spectaculaire et s'accompagne d'autres changements. Le plus important de ces changements est une forte concentration de protéines dans l'urine et une tendance à gonfler, surtout au niveau du visage et des mains. Les femmes atteintes de pré-éclampsie peuvent ainsi prendre plusieurs kilos en quelques jours. 

Un cas sur 200 évolue en éclampsie déclarée, maladie constituée de crises qui peuvent être fatales à la mère comme au fœtus. La pré-éclampsie et l'éclampsie restent les causes principales de décès maternel pendant l'accouchement. 

Les femmes dont la tension artérielle est élevée avant la grossesse courent un risque élevé de fausse couche et d'accoucher avant terme d'un bébé de faible poids ou d'un mort-né. Les femmes qui développent une hypertension artérielle pendant la grossesse (environ 7 % des grossesses) courent un risque plus élevé de complications et les femmes atteintes de pré-éclampsie, le risque le plus élevé.

Causes
Les causes de la pré-éclampsie restent un mystère total. Il existe quelques théories incomplètes et on distingue certaines caractéristiques plus courantes chez les patientes, mais il n'existe pas de facteur suffisamment fiable indiquant qui développera une pré-éclampsie.

Nous connaissons certains facteurs de risque. Par exemple, la pré-éclampsie se retrouve au sein d'une même famille, comme une simple hypertension artérielle chronique. Elle est également plus fréquente chez les ethnies qui sont particulièrement sujettes à l'hypertension artérielle, notamment les Noirs. Cela pourrait suggérer que les personnes génétiquement susceptibles d'avoir une hypertension artérielle sont plus susceptibles de développer une pré-éclampsie. Cependant, les femmes souffrant de pré-éclampsie n'ont pas plus tendance à développer une hypertension artérielle chronique par la suite que les femmes ayant eu une grossesse normale. De plus, rien ne prouve clairement que les femmes ayant un excès de poids courent un risque plus élevé de pré-éclampsie.

Les facteurs de risque connus de pré-éclampsie sont :

•une mère âgée de plus de 40 ans ou de moins de 20 ans
•une première grossesse
•un antécédent de pré-éclampsie
•une grossesse multiple 
•des ancêtres africains ou amérindiens
•un antécédent familial de pré-éclampsie
•le diabète
•une hypertension artérielle préexistante 

Symptômes et Complications
Techniquement, la pré-éclampsie est modérée si la tension artérielle est de 140/90 mmHg (voir hypertension artérielle), ou si elle dépasse un certain seuil et qu'il y a des protéines dans l'urine ou des œdèmes des mains, des chevilles et des pieds. La pré-éclampsie est considérable lorsque la tension artérielle dépasse 150/110 et qu'elle s'accompagne d'œdèmes graves et de douleurs abdominales ou de problèmes visuels.

Les problèmes visuels sont dus à la pression exercée sur la rétine par l'hypertension artérielle. Dans les cas extrêmes, cela peut causer un décollement de la rétine et même la cécité. 

Une femme atteinte de pré-éclampsie développe des réflexes inhabituellement actifs. La hausse de la tension artérielle entraînera une hyperréflexie de plus en plus forte, qui finira par causer des crises incontrôlables.

Les complications graves de la pré-éclampsie sont 

•l'éclampsie, qui se manifeste par des crises convulsives potentiellement fatales provoquées par une hypertension artérielle intracrânienne (dans la tête)
•l'hémorragie cérébrale due à la rupture des vaisseaux sanguins dans le cerveau (cause principale de la mort maternelle)
•la rupture hépatique
•le décollement placentaire : le placenta se sépare de la paroi de l'utérus et crée une hémorragie interne là où il était fixé. Le fœtus peut en mourir si la grossesse n'est pas assez avancée pour tenter un accouchement immédiat. Cela peut également provoquer une insuffisance rénale chez la mère
•le syndrome HELLP, abréviation américaine qui signifie hémolyse, élévation des enzymes du foie et faible numération des plaquettes sanguines. L'hémolyse est la destruction des globules rouges dans le foie. C'est une fonction normale de l'organisme, mais quand elle est accélérée, comme dans le cas du syndrome HELLP, les cellules sont tuées plus vite qu'elles ne peuvent être remplacées et il en résulte une anémie. L'élévation des enzymes hépatiques est le signe de l'inflammation ou de l'hyperactivité du foie. Les plaquettes sanguines sont de minuscules composants du sang en grande partie responsables de la coagulation. Chaque fois que le sang est pauvre en agents coagulants, le risque d'hémorragie augmente, surtout dans le cerveau.


Diagnostic
Ne connaissant pas les causes de la pré-éclampsie, nous la définissons par ses symptômes. Si une femme enceinte a une tension artérielle qui dépasse un certain niveau et qu'elle présente un ou deux des autres symptômes, elle est atteinte d'une pré-éclampsie modérée. Si la tension artérielle continue d'augmenter et que d'autres symptômes apparaissent, elle est atteinte d'une pré-éclampsie grave. Si elle a une crise convulsive, c'est une éclampsie. 


Traitement et Prévention
Les médecins et les hôpitaux prennent l'éclampsie très au sérieux. Généralement, seuls les femmes présentant les cas les plus bénins, avec une hypertension artérielle mais sans symptôme, sont autorisées à rentrer chez elles à condition de s'aliter immédiatement. S'il n'y a aucune amélioration au bout de quelques jours, elles seront admises à l'hôpital pour surveillance médicale. 

Rester allongé durant une longue période permet de réduire la tension artérielle. On peut également conseiller à la femme de s'allonger sur son côté gauche. Cela réduit la tension artérielle dans plusieurs vaisseaux sanguins principaux et augmente l'envie d'uriner. Une miction régulière améliore la qualité du sang circulant. Il est recommandé de boire beaucoup d'eau. La consommation en sel ne doit pas être réduite, même si cela est recommandé pour l'hypertension artérielle chronique, car le sel est nécessaire pendant la grossesse.

Les médicaments utilisés normalement pour maîtriser l'hypertension artérielle ne peuvent être utilisés pour une pré-éclampsie. À la place, on injecte du sulfate de magnésium. Il réduit l'hyperréflexie (réflexes hyperactifs) et coupe court au risque de crises convulsives. Il abaisse en même temps la tension artérielle. On utilise le même médicament pour une éclampsie déclarée. 

Certains médecins prescrivent de l'aspirine à faible dose ou des suppléments de calcium pour soigner une pré-éclampsie. Ces médicaments sont efficaces pour une hypertension artérielle chronique, mais les dernières études montrent qu'ils n'aident à maîtriser ni la tension artérielle ni les complications chez les femmes atteintes de pré-éclampsie. L'exception à cette règle sont les femmes qui ont déjà eu une hypertension artérielle avant leur grossesse et que l'aspirine peut aider. Cependant, l'aspirine augmente le risque d'hémorragie chez la mère et l'enfant.

Le sulfate de magnésium aide à maîtriser les symptômes et réduit le risque de complications fatales, mais le seul moyen de mettre la mère et l'enfant hors de danger est de procéder à l'accouchement le plus vite possible. Même si le bébé est prématuré, il a plus de chance de survivre à l'extérieur. On laisse le bébé dans l'utérus uniquement si l'échographie ou tout autre moyen d'examen montre qu'il est réellement trop petit pour survivre à l'extérieur. 

Si le bébé est assez gros et que l'état de la mère a été stabilisé grâce au sulfate de magnésium, le médecin administrera généralement des médicaments pour déclencher le travail. Si, pour quelque raison que ce soit, la naissance normale est problématique, une césarienne est recommandée. Cette opération est très courante au Canada, elle représente près de 20 % de toutes les naissances. Les complications sont extrêmement rares.

Parfois, l'éclampsie se déclenche une semaine après l'accouchement, mais l'évolution normale est la baisse constante de la tension artérielle à partir du moment où le bébé naît. La tension artérielle revient à la normale après quelques mois tout au plus. Dès lors, la femme retrouvera sa santé cardiovasculaire comme si elle n'avait jamais souffert de pré-éclampsie.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site