La grossesse selon le statut

Grossesse pendant un CDD
Pas besoin d'attendre d'avoir décroché un CDI pour faire un bébé ! En effet, CDD et maternité ne sont pas des ennemis jurés…
Vous êtes enceinte et en contrat à durée déterminée (CDD). Et alors ? Pas de panique, vos droits et garanties sont les mêmes que si vous étiez en contrat à durée indéterminée (CDI). 
Pour plus d'infos, lire notre article sur les droits et garanties de la femme enceinte.


Enceinte au moment de l'embauche
Rien ne vous interdit un petit mensonge par omission au sujet de votre grossesse. C'est sûr, on n'a pas la conscience complètement tranquille en apposant sa signature au bas du contrat, alors que, ni vu ni connu, on entame sa 3ème semaine de grossesse ! 
Mais d'un point de vue strictement légal vous n'êtes pas obligée de mettre votre futur employeur dans la confidence. Alors à vous de décider si vous jouez la transparence ou non.


Enceinte pendant mon CDD
Comme pour le CDI, vous être libre d'annoncer votre grossesse quand bon vous semble. Pour bénéficier du congé maternité, vous êtes toutefois obligée d'aviser votre employeur par lettre recommandée avec accusé de réception, accompagnée d’un certificat médical attestant de votre état, et indiquant la date présumée de l'accouchement.
Et pas d’inquiétude, l’employeur n’a pas le droit de rompre votre CDD à cause de vos rondeurs. Cependant, le terme du contrat ne peut pas être prolongé. Donc si votre CDD prend fin pendant le congé maternité, rien n’oblige l’employeur à vous réembaucher à l’issue du congé.


Le congé maternité
Vous y avez droit, comme n'importe quelle salariée. Tant que vous travaillez, vous percevrez normalement votre salaire et quand l'heure du congé maternité aura sonné, la sécurité sociale prendra le relais pour vous verser vos indemnités journalières, calculées sur la base de vos trois derniers mois de salaires bruts précédant le congé. 
Donc même si votre contrat arrive à son terme avant la fin de votre congé, vous et votre futur bébé êtes pris en charge par la sécurité sociale.


L'après CDD
Salaires, indemnités journalières de la sécu… et après ? Si vous avez travaillé au moins pendant 4 mois, l'assurance chômage prendra le relais de votre indemnisation. 
Pour en bénéficier, il faudra vous inscrire comme demandeur d'emploi auprès de votre ANPE et des Assedic. Vous serez alors obligée de justifier d'une recherche effective d'un nouvel emploi. Donc lors de l'entretien avec votre interlocuteur ANPE ou Assedic, évitez de vous étendre sur la béatitude dans laquelle vous baignez depuis votre accouchement et qui ne vous pousse pas franchement à retravailler, surtout si vous pouvez être indemnisée !
Côté rémunération, la durée et le montant d'indemnisation par l'AUD (allocation unique dégressive) varient en fonction de votre ancien salaire et de votre temps de travail.


Grossesse et travailleur indépendant
Agricultrice, artisane, commerçante ou membre d’une profession libérale… Toute travailleuse indépendante peut devenir maman, avec des garanties à l’appui !
Future maman agricultrice
Comme chaque femme enceinte, l’agricultrice a le droit de s’arrêter de travailler au moment de la naissance de son bébé, tout en bénéficiant d’une allocation de remplacement. Celle-ci couvre 90 % des frais réels engagés pour l’embauche d’une personne salariée, dans la limite d’une période de 90 jours. Le tout est de s’y prendre à temps : l’allocation doit être demandée au moins 20 jours avant la date d’interruption prévue.

A savoir
Les agriculteurs, conjoints ou concubins d’agricultrices, aides familiaux et associés peuvent bénéficier d’une allocation de remplacement paternité de onze jours dans les quatre mois qui suivent la naissance. Il convient d’en faire la demande à l’organisme assureur, 30 jours avant la date prévue.

Artisane, commerçante ou membre d’une profession libérale
Vous occupez un de ces métiers. Vous pouvez bénéficier d’une allocation forfaitaire de repos maternel, en compensation d’une partie de la diminution d’activité consécutive à la maternité. Vous devez alors vous arrêter 30 jours consécutifs, entre le 9e mois de grossesse et le premier mois de l’enfant. L’arrêt de travail peut ensuite être prolongé par une ou deux périodes de 15 jours consécutifs.
Versée en deux fois, à la fin du 7ème mois de grossesse et après l’accouchement, l’allocation s’élève à 2 796,92 euros. En cas d’adoption, une allocation de 1 398,46 euros est versée à la date de l’arrivée de l’enfant dans la famille.

Intermittente du spectacle
Concilier un métier du spectacle et une grossesse, c’est possible ! Encore faut-il avoir réuni au moins 800 heures de travail au cours des douze mois précédents le début de la grossesse pour percevoir des indemnités journalières versées par la sécurité sociale.



Un bébé au chômage
Que vous bénéficiez toujours de l'allocation chômage ou pas, des aides financières existent si vous faites un bébé pendant une période de chômage.
Vous bénéficiez encore de vos droits Assedic
Pour bénéficier des indemnités journalières, vous devez avoir perçu des allocations chômage au cours des douze derniers mois ou avoir cessé de travailler depuis moins de douze mois. Elles seront alors calculées sur la base des trois derniers mois de salaire, plafonnées à 63 euros par jour.
A savoir : si vous accouchez avant la date prévue, comme pour tout congé maternité, ces jours seront reportés à votre congé post-maternité.

À l’issue des seize semaines de votre congé maternité, les allocations chômage prendront le relais.

Carole, maman d'Océane, six mois 
Enceinte de quatre mois, je continuais à répondre aux offres d'emploi parues dans la presse, en espérant des réponses (devant toujours justifier de ma recherche d'emploi), la situation était un peu surréaliste : comment imaginer passer un entretien avec un petit ventre déjà bien rond ? Heureusement, dans un sens, personne ne m'a contactée !
Six semaines avant mon accouchement j'ai coché la case « en congé maternité » de ma déclaration mensuelle, quittant ainsi la liste des demandeurs d'emploi. Les indemnités journalières de la Sécu se sont substituées à celles que je percevais des ASSEDIC. Les sept examens mensuels étaient remboursés (sur la base habituelle des tarifs conventionnés). De plus, à partir du sixième mois, les soins étaient, eux, remboursés à 100%, que ce soit pour une angine (assez peu liée à la grossesse) ou pour des douleurs dans le dos (très liées à la grossesse).
Vous n'êtes plus indemnisée
Vous avez alors droit à des prestations en nature. Celles-ci concernent :
- Les consultations médicales
- Les examens de laboratoire prescrits par votre médecin 
- Les échographies 
- L'examen facultatif du père 
- Le test de dépistage du VIH 
- Les séances de préparation à l'accouchement


Dans tous les cas, sans emploi, prise ou non en charge par les Assedic
Sans emploi, prise ou non en charge par les Assedic : tous les soins et médicaments prescrits à partir du sixième mois et les séances de rééducation abdominale et périnéale, sont pris en charge à 100 %, sous réserve d'entente préalable de la Caisse primaire d'assurance maladies.

Formalités
Pour bénéficier du congé maternité tout en étant au chômage, envoyez absolument à votre Caisse d’assurance maladie :
- un certificat de travail et les trois derniers bulletins de salaire précédent l’arrêt de votre activité professionnelle
- votre avis d’admission à l’allocation Assedic
- la dernière attestation de versement de cette allocation.



d'apres : http://grossesse.infobebes.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site