Placenta



Organe d'échanges entre le fœtus et la mère, expulsé après l'accouchement au cours de la délivrance.
Le placenta est formé par l'accolement de membranes d'origine maternelle (caduque) et fœtale (trophoblaste), irriguées par des vaisseaux. Il est complètement formé au 5e mois de grossesse, à partir duquel il ne fera que croître sans modifier sa structure. Lorsque le terme de la grossesse est dépassé, le placenta remplit ses fonctions de façon imparfaite et le fœtus est moins bien nourri et moins bien oxygéné.


STRUCTURE
À terme, le placenta normal a la forme d'un disque de 15 à 20 centimètres de diamètre, de 2 à 3 centimètres d'épaisseur. Il pèse de 400 à 600 grammes, soit 1/6 du poids du fœtus. Il se prolonge sur les côtés par les membranes ovulaires (chorion, amnios). La face maternelle, collée à l'utérus, comprend la plaque basale, qui correspond à la muqueuse utérine transformée (caduque), puis la plaque choriale, solidement ancrée dans la muqueuse utérine par des villosités-crampons. D'autres villosités sont situées entre ces deux plaques. Chacune, tapissée par une paroi, contient une artériole et une veinule. La face fœtale, sur laquelle s'insère le cordon ombilical, qui relie le placenta au fœtus, est lisse, luisante, tapissée par l'amnios transparent, sous lequel courent les vaisseaux placentaires.

FONCTION
Le rôle du placenta est triple : il régule les échanges fœtomaternels, sécrète des hormones et protège le fœtus.

— Les échanges fœtomaternels se font à travers les parois des vaisseaux et des villosités ; ainsi, il n'y a pas de communication directe entre la circulation sanguine de la mère et celle du fœtus : les sangs ne se mélangent pas. Le rôle du placenta est à la fois respiratoire et nutritionnel : il permet, d'une part, les échanges d'oxygène nécessaires à la croissance du fœtus et l'expulsion du gaz carbonique et, d'autre part, l'apport des éléments nutritifs de la mère au fœtus et l'expulsion des déchets dans la circulation maternelle.

— La sécrétion hormonale du placenta se produit dès le début de la grossesse : le trophoblaste sécrète l'hormone chorionique gonadotrophique (h.C.G.), nécessaire à la bonne évolution de la grossesse et dont le dosage en permet le diagnostic précoce. Une autre hormone, l'hormone chorionique somatotrophique (h.C.S.), ou hormone placentaire lactogène (h.P.L.), joue un rôle dans la nutrition du fœtus et prépare la lactation. Le placenta sécrète également des hormones stéroïdes (œstrogènes et progestérone) et, dès le 3e mois de la grossesse, il prend le relais de l'ovaire.

— Le rôle protecteur du placenta est inégal. S'il laisse passer les virus jusque vers le 5e mois de grossesse, date à laquelle le fœtus commence à fabriquer ses propres anticorps, il s'oppose en revanche longtemps au passage de nombreuses bactéries. Il laisse passer certains anticorps maternels qui protègent le fœtus contre un grand nombre de maladies, cette protection persistant chez l'enfant pendant environ 6 mois après la naissance. Certains médicaments passent également la barrière placentaire, avec des effets parfois nocifs sur le fœtus.


PATHOLOGIE
Le placenta est en général inséré dans le fond utérin, c'est-à-dire haut dans l'utérus, mais il peut être placé plus bas et provoquer alors des saignements. Lorsqu'il est inséré très bas, entre le fœtus et le col (placenta prævia), il interdit l'accouchement par les voies naturelles et impose une césarienne.

Une autre pathologie, grave, est le décollement du placenta pendant la grossesse (hématome rétroplacentaire). C'est une urgence obstétricale ; lorsque la date de l'accouchement est proche, une césarienne permet de sauver la vie du fœtus.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×