Peur d'accoucher

Si le fait de donner la vie est toujours un moment de bonheur, l’acte d’accoucher fait souvent peur à une femme. Les raisons sont nombreuses et humaines… et d’autant plus quand c’est le premier enfant. Car tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne peut pas savoir réellement ! Et c’est ce qui peut en effrayer certaines.
Si chacune a ses angoisses qui lui sont propres, certaines peurs sont communes chez les futures mamans qui redoutent l'arrivée du Jour J. Mais dites vous une chose : dame nature fait souvent bien les choses ! 

Les raisons principales
Les principales raisons avancées sont en premier lieu la peur de trop souffrir au moment du travail et de l'expulsion, et celle qu'une complication survienne au cours de l'accouchement, telles qu'une césarienne ou une hémorragie. Les futures mamans redoutent également que le travail dure longtemps et que les douleurs leur paraissent interminables.

L’entourage qui pourtant tente toujours de vous rassurer, est souvent à la base de certaines angoisses et de cette peur. C’est certain que quand vous en êtes au 8ème mois et que votre mère ou une de vos amies vous raconte qu’elle a mis 10h pour accoucher… ce n’est pas rassurant.

La peur d’avoir mal
L'imaginaire collectif associe facilement l'accouchement et la souffrance. Les contractions, le sang, la déchirure, interventions médicales, etc. : le caractère inéluctable de l’accouchement (le bébé devra bien sortir !) renforce cette angoisse de la douleur des futures mamans. Pourtant la médecine prend davantage en compte la souffrance et tend de plus en plus à limiter la douleur. Mise à part la césarienne et la péridurale qui ne peut toujours être pratiquée, il existe aussi des antalgiques efficaces que vous donnera le médecin si il le juge nécessaire.

La peur de perdre le contrôle
De nombreuses femmes ont peur de ne « pas être à la hauteur », car l’accouchement est un moment d'une très grande intensité pour des femmes qui se retrouvent alors confrontées à leur propre histoire. Des peurs resurgissent souvent : peur d'être mère, de reproduire des schémas, de ne pas assumer, on se sent affaiblie, affolée, perdue, bouleversée.
L’équipe médicale qui vous entoure lors de l’accouchement est là pour vous rassurer, vous redonner confiance même si tout cela est bien légitime.

Les femmes redoutent aussi le regard du papa lorsqu’il assiste à l’accouchement, de l'image qu'elles leur renvoient. La présence de l'époux lors de l'accouchement doit être un soutien et non pas une source d'angoisse supplémentaire pour la future maman (même si devenir papa est aussi quelque chose d’angoissant, mais c’est un autre sujet). 

La peur que ça se passe mal
Aujourd’hui il faut savoir que tout est fait médicalement pour que l’accouchement se passe bien et pour faire face à d’éventuelles complications. Personne ne peut faire quoi que ce soit pour vous ôter cette idée de la tête. Alors rassurez vous en rencontrant le personnel médical du lieu où vous accoucherez et sachez surtout que les complications graves sont très rares.

La peur de la péridurale ou de la césarienne
Si vous faîtes partie des 50% des femmes qui optent pour la péridurale, vous rencontrerez au huitième mois un médecin anesthésiste qui saura vous rassurer et vous informer sur les sensations que vous ressentirez : fourmillements dans les jambes, légère apathie... Même avec une péridurale, vous participerez activement à votre accouchement.

La césarienne constitue un acte chirurgical banal mais conséquent, les femmes qui redoutent de subir une césarienne pour « accélérer » le travail des obstétriciens peuvent se rassurer. On ne choisit jamais de procéder à une césarienne par confort. L'équipe médicale évalue toujours la balance entre le risque et le bénéfice. Parfois prévue (pour les naissances multiples par exemple) la césarienne peut se faire sous péridurale ou sous anesthésie générale et peut se décider au moment du travail.

Pour vivre cela plus sereinement
Quelque soit votre angoisse réelle, la peur de l’accouchement est tout à fait naturel. Mais, pour éviter de trop vous angoisser (ce n’est pas bon, ni pour vous ni pour bébé) n’hésitez pas, lors de vos visites chez le médecins ou de votre rencontre avec l’équipe médicale, à poser toutes vos questions. Ce sont des professionnels qui sauront répondre à quasiment tout, que ce soit sur l’accouchement en lui-même ou ce qu’il peut se passer après.

Suivez aussi une préparation à l’accouchement qui permet de comprendre les mécanismes de l’accouchement, d’apprendre à gérer la douleur (par des techniques de respiration et de relaxation), de se familiariser avec les lieux et les soignants, mais aussi de gérer au mieux vos émotions lors de l'accouchement. Ces cours sont également un lieu d'échange où les futures mamans peuvent parler de leurs craintes et y trouver des réponses auprès d'autres futures mamans ou de la sage-femme. Certains cours sont directement basés sur la gestion du stress, comme les préparations utilisant le yoga ou la sophrologie.

Parfois aussi, il suffit de savoir que le papa sera avec vous lors de l’accouchement pour que toutes vos angoisses disparaissent.

Le seul moyen de ne pas paniquer le jour de l'accouchement est tout simplement d'être préparée ! Et puis, quand vous aurez votre bébé dans les bras, vous oublierez tout !

Le saviez-vous ?
85% des accouchements, se font par voix basse en France. Et une femme sur deux avoue avoir peur d’accoucher.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site