Insémination artificielle



Technique de procréation médicalement assistée utilisée dans certains cas de stérilité de couple.


DIFFÉRENTS TYPES D'INSÉMINATION ARTIFICIELLE
L'insémination artificielle ne peut être pratiquée que si l'appareil génital de la femme (cavité utérine, trompes de Fallope, ovaires) ne présente pas d'anomalie. La principale condition est la perméabilité des trompes. L'insémination s'effectue avec le sperme du conjoint ou celui d'un donneur. Cette technique de procréation est pratiquée dans de nombreux pays industrialisés.

— L'insémination avec le sperme du conjoint se pratique dans deux cas : lorsque la glaire cervicale de la femme est défectueuse (absence de glaire ou composition nuisible aux spermatozoïdes) ou lorsque la stérilité est due à un défaut du sperme (manque de mobilité ou nombre insuffisant de spermatozoïdes). Le sperme, recueilli par masturbation, est utilisé frais ou congelé. Diverses techniques permettent de l'améliorer si nécessaire en sélectionnant chacune des fractions les plus mobiles et normales de plusieurs éjaculats, qui sont ensuite additionnées en vue de l'insémination. Dans certains cas aussi, le sperme congelé a été recueilli chez un homme avant qu'il ne subisse une stérilisation (vasectomie), une radiothérapie ou une chimiothérapie anticancéreuse entraînant une stérilité.

— L'insémination avec donneur (I.A.D.) est indiquée en cas d'altération irréversible de la production de spermatozoïdes du conjoint, de maladie génétique ou transmissible. Elle utilise des paillettes de sperme congelé fournies par une banque de sperme et choisies selon des critères de ressemblance avec le conjoint (type physique, couleur des yeux, des cheveux) et des critères de compatibilité sanguine avec la femme.

Les donneurs, dont l'anonymat est absolu dans certains pays (France, Belgique), facultatif dans d'autres (Canada) ou non encore réglementé (Suisse), doivent répondre, dans la plupart des pays, à des critères d'âge, de condition physique et de qualité du sperme. Leur sperme est soumis en outre à un test de résistance à la congélation, car près de 40 % des spermes normaux deviennent inutilisables après congélation.

TECHNIQUE
Elle consiste à injecter ou à déposer le sperme frais ou les paillettes de sperme congelé avec un pistolet d'insémination ou un cathéter, soit au niveau de l'orifice interne du col, dans la glaire cervicale (insémination intracervicale), soit dans la cavité utérine (insémination intracorporéale), durant la période du cycle menstruel la plus favorable à la fécondation. Ce cycle peut être naturel ou stimulé par des injections hormonales. Le taux de réussite est alors accru mais il y a un risque plus élevé de grossesse multiple. L'insémination artificielle se pratique dans des centres spécialisés, en consultation et sans hospitalisation.

RÉSULTATS
Les chances d'obtenir une grossesse dans les 6 mois qui suivent l'insémination, au rythme d'un essai par mois, sont d'environ 65 % avec du sperme frais. Elles sont de 55 % avec du sperme congelé.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site